Site icon NOELLE BARBIERA

Tuamotu : îles de rêve

Je me souviens d’un lagon aux poissons bleus

Et puis de cocotiers que l’alizé traverse

Je me souviens de vahinés aux mains expertes

Assises toutes en rond tressant si vaillamment

des chapeaux éphémères que des touristes pressés oublieront dans l’avion.

Je me souviens de leurs doigts si agiles et de leurs rires

Devant nos mains inefficaces à répéter leurs gestes

pourtant si simples à nos yeux

Leurs rires partagés devant nos résultats piteux.

La troupe s’égayait lorsque le soir tombait

Et l’avion reparti pour d’autres cieux.

Je me souviens pourtant le matin revenu

De les revoir ensemble prêtes comme toujours

Préparant les vertes feuilles qui serviront le jour.

Les avions vont et viennent et le flot de touristes ne tarit pas.

Leur humeur est égale

Seule la pluie tropicale forte et drue

Les chassera de la plage

Les poussant à l’abri.

 

 

 

Partager !
Quitter la version mobile